La paire…

Chez Faustine, il y a monsieur Egalité, normal, et chez moi, c’est un peu de même acabit!

J’avais totalement oublié de la montrer alors qu’elle est faite depuis vendredi dernier, et je peux vous dire qu’il y avait intérêt, parce que ma Louise veillait au grain, il ne se serait pas agi que je prenne une once de retard non mais!

IMG_1571 IMG_1450 IMG_1462 IMG_1457

Robe des Intemporels enfants, en madras turquoise ariégeois et popeline Fleurs séchées Entrée des fournisseurs.

A noter, ma Louise qui se la joue romantico-chose sur les photos, alors que c’est une petite diablotine on aura tout vu!

Alors, oui, c’est vrai, les emmanchures sont très très larges, j’ai manqué de temps pour les modifier, j’aurais peut-être dû, mais bon, moi ça ne me choque franchement pas!

En revanche, ce qui est très étrange, c’est que la robe présentée sur la couverture du livre comporte de belles fronces, et alors à la réalisation, de fronces, point, le corps de la robe vient s’appliquer sur le col, point. Il n’y a absolument pas matière à faire des fronces niveau largeur du corps de la robe, je m’interroge…

Edit de 11h28: pour preuve de diablotinerie, la dernière photo de la série…le vrai visage de ma Louise!

IMG_1463

Voilà là c’est bien elle, je la retrouve!;)

Et pour cette histoire de fronces, je viens de finir une troisième robe (ce modèle me sort maintenant par les yeux, bravo!) et toujours sans fronces! La poule est incrédule!

Edit de 11h49: Ambroise dort, alors La poule zone devant l’ordi, elle est bavarde, elle a la flemme de se mettre à son tricot…

Le tag à plumes! Je me suis fait tagguer par Isa purple, c’est le tag des bouquins, il faut que je vous recopie les 4 phrases suivant la 5° phrase de la page 123 de mon livre le plus proche. Je pense que ça va énormément vous parler, tout est dans le contexte!;)

- tu as une sacrée avance sur moi, hein? me suis-je exclamé, surpris, en haussant les sourcils.

Il s’est approché pour m’embrasser sur la joue.

- je suis avec toi.

- ça pourrait tourner au vinaigre, tu sais, ai-je déclaré en lui souriant.

Voilà, si vous avez compris, eh bien moi aussi, parce que je n’en suis pas encore à la page 123…

C’est tiré de Michael Tolliver est vivant (dernier tome des chroniques) d’Armistead Maupin. Oui je sais, ça fait une plombe que je l’ai commencé, mais je suis sur plusieurs, alors je n’en avance aucun, logique…

Et je passe le flambeau à Faustine, Anne, Virginie, Brigitte et Sabrina.

Ce contenu a été publié dans La poule coud..., avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>